Les fantômes du passé

L’image que je conserve de la F1 de ma jeunesse des années 80, c’est, depuis le bord de piste, une McLaren figée comme en photo qui fonce sur l’asphalte gris-clair d’une piste chaufee par un soleil intense, bordée de chaque côté d’herbe parsemée de pâquerette, avec en fond quelques arbres. La piste, rien que la piste, la vérité de la piste. Mais aujourd’hui cette image est à ranger dans le placard des souvenirs.

Les 3 écuries encore survivantes qui ont marqué cette époque et celle qui a suivie, McLaren, Ferrari et Williams ne sont plus que les fantômes de leur passé héroïque. Ferrari ne jouera probablement pas le titre avec Mercedes cette année encore, Williams n’ira fréquenter les podiums qu’en de rare occasions et ne goûtera qu’aux effluves de champagne, quant à McLaren la perspective d’avoir une carte d’abonnement pour la Q3 est pour l’instant au dessus de ses moyens.Williams s’etait renflouée à l’occasion de la remise à plat d’Adam Parr, puis diversifiée dans les produits de haute technologie pour assurer des retombées méritées à cette formidable petite entreprise familiale, mais elle végète sur la piste depuis trop longtemps. La passion de cette écurie qui finalement est l’âme de la f1 qu’on aime lui fait supporter les écarts financiers monstrueux qui la sépare des autres grands, mais on se demande encore pour combien de temps.

McLaren associée à Honda voulait retrouver comme le nippon taiseux la gloire passée mais surtout le fil de ce qui fut son ADN, la haute compétition et la course pour la victoire, afin d’en imprégner durablement chaque parcelle du TechnoCenter. Devenue une fière fabrique de supercar qui sont parmi les mieux réussies de cette époque moderne qui compte énormément d’horreurs, l’écurie de F1 s’était transformée en boîte à joujou d’ingénieurs imbus d’eux-mêmes. Retrouver le goût du risque, le tout pour la victoire, est semé d’embûches, et la tâche est titanesque. Woking n’est pas aussi puissante qu’elle croit, ni aussi guérie qu’elle doit l’être. Honda a compris l’ampleur du défi qui attend le prometteur Hasegawa et qu’offre la F1 moderne, mais bien tardivement et retrouver le goût de la victoire devra attendre encore jusqu’à au moins 2017, quitte à désespérer sinon l’asturien maudit.

Ferrari voit ses épaules alourdies du fardeau élaboré par John Elkann et Sergio Marchionne pour sauver l’ennemie, la Fiat. Renflouer les dettes abyssales turinoises années après années ne devrait pas faire peur à la jadis petite entreprise familiale de la banlieue de Modene, ce qui ne sera possible que si la gamme tarifaire en expansion s’accompagne de victoires éclatantes et d’un prestige retrouvé sur la piste. L’échec n’est guere permis, mais ce qui inquiète le plus, c’est que le docteur Machiavel au pull-over légendaire de ce plan diabolique tirera sa révérence sous peu. Et si l’envie de partir en Hollande ou à Londres démange Elkann, on ne saurait trop lui conseiller de trouver plutôt un successeur à l’homme affable possèdant également ses diplômes de funambule de la haute finance en bonne et due forme comme Marchionne.

On le voit pour ces trois naguère petites entreprises de la piste devenues grandes chacune à leur façon, la piste n’est plus l’alpha et l’oméga. Mais un moyen de faire vivre quelque chose de plus grand qu’une simple course. Or l’erreur est là. La F1 n’est plus en fin en soi, mais un moyen de nous vendre un rêve. Nous voyons des fantômes du passé agiter leurs écrans de fumée et de la saveur du passé j’ai l’impression que nous n’avons que quelques effluves fanées. Et nous aimerions leur expliquer qu’à nos yeux une seule idée force doit être poussée en avant : seule compte la piste. Rien que la piste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s