Mercedes ou Ferrari ?

Qui va dominer la saison 2016 de Formule 1 ? Mercedes ou Ferrari ? La question aurait pu sembler saugrenue il y a 1 mois. Mais une double campagne, celle des essais conduits durant 8 jours à Barcelona qui a vue, en apparence, Ferrari dominer la feuille des temps à la fin de chaque session, et celle plus médiatique de l’écurie germano-britannique conduisant pilotes et responsables à évoquer une diminution drastique à 2 dixièmes de seconde de l’écart entre les deux écuries durant l’hiver, font germer chez beaucoup l’espoir d’une lutte ressérée en tête des courses de F1. Y-a-t-il une réalité tangible appuyant ces espoirs légitimes ?

Lewis-Hamilton-F1-Grand-Prix-Bahrain-pWNli5GTTTjx

L’analyse des temps lors des essais de pré-saison à Barcelona a révélé en tout cas que Ferrari s’était rapprochée de Mercedes durant cet hiver. L’écart constaté en fin d’année dernière et qui avoisinait 0.8 à 1 sec en moyenne pour un tour de qualification de 1mn 30sec, semble en partie révolu. Un écart absolu en pneus medium de 0.2 sec a été constaté, mais à plusieurs jours d’intervalles. La piste était différente, le vent aussi. Lorsque les conditions étaient identiques, les pilotes dans le même type de configuration apparente, en fin de matinée, l’écart entre Ferrari et  Mercedes n’est jamais descendu sous les 0.5 sec.

A partir de là diverses opinions peuvent s’exprimer. Certains pensent que cet écart doit être corrigé, Mercedes n’ayant ni l’intérêt ni la volonté de rechercher la performance absolue. Les allemands ont plutôt affiché une fiabilité sur la durée avec le record du nombre de tours et de kilomètres battu à plates coutures. Le but était de valider le comportement du nouveau châssis (et son nouveau profil aérodynamique) et du nouveau moteur vis-à-vis des pneus. En effet, Lewis Hamilton notamment avait pointé durant l’hiver les difficultés que Mercedes avait rencontré à propos des contraintes de pression imposées après Spa durant la deuxième partie de la saison 2016. Il avait aussi souligné la faculté de son coéquipier Nico Rosberg à s’adapter admirablement à la dernière mouture du couple châssis-moteur de la Mercedes et qui l’avait amené à dominer la fin de la saison 2016. On a le sentiment que Brackley a trouvé des réponses et des certitudes et à plutôt chercher à « jouer défensif », c’est à dire en validant des acquis plutôt qu’en cherchant à creuser de nouveaux écarts. Ainsi il devrait être appliqué un écart additionnel de 0.3 sec à peu près, l’écurie allemande ayant la faculté de « muscler son jeu » par la simple simulation pour continuer dans la métaphore footballistique.

Une autre opinion consisterait à indiquer que Ferrari avait aussi énormément de choses nouvelles à tester et valider : un nouveau châssis, avec notamment de nouvelles suspensions avant, un nouvelle spécification du moteur, et un package aéro made by Allison pour la première fois. Et qu’à ce titre l’écurie italienne a également été peu encleinte, malgré l’énorme pression de Marchionne, a rechercher volontairement une performance artificielle durant l’intersaison. Vettel a été assez clair sur le fait que Maranello était encore loin du compte malgré de réels progrès. On peut amender cet avis en notant qu’il était évident qu’Arrivabene a cherché mordicus à remettre Raïkkonen dans une plus grande confiance en le laissant tomber des temps pour dominer les journées de tests. Mais le programme Ferrari a été perturbé par des soucis notamment de moteur sur une journée.  Au final Maranello doit faire mieux que ces temps la maîtrise du nouveau système de suspension avançant. Mais comme Mercedes est dans la même optique, en peut estimer que l’écart ne sera guère remis en cause.

Enfin, une dernière opinion, exprimée par les pilotes Mercedes; ainsi que Niki Lauda, et un certain nombre de journalistes britanniques, consiste à ne pas remettre en cause cet écart sec de 0.2 sec constaté de façon brute sur la piste. Et à évoquer une lutte serrée entre les deux leaders actuels de la discipline durant la saison 2016 de F1. Soit il faut considérer que malgré le grand nombre de kilomètres parcourus les allemands n’ont pas trouvé de solution définitive au problème de la nouvelle pression des pneus. Soit et Lewis a été le plus direct sur le rapproché de Maranello c’est lui plutôt que Rosberg qui souffre de la nouvelle configuration de la Mercedes. En tout état de cause cette opinion flatteuse pour Maranello est relayée à un tel point qu’elle en devient semble-t-il l’opinion dominante dans le paddock avant les premiers tours de roue de jeudi en Australie pour le premier GP de la saison.

Il ne faut pas perdre de vue je pense que la période actuelle est dominée par la négociation secrète des nouvelles règles qui seront appliquées à partir de 2017. Mercedes, Ferrari, RedBull, McLaren, tout le monde est sur le pont pour négocier, jusqu’à Fernando Alonso qui menace de mettre fin à sa carrière dès le début d’année prochaine s’il ne juge pas les évolutions significatives pour jouer le titre tout en retrouvant un plaisir de pilotage probablement très lié dans son cas à sa place sur la grille. Beaucoup de points ont déjà été décidés, mais rien n’a été validé par la FIA jusqu’alors. Ne serait-ce que le manufacturier de pneus dont la FIA, qui n’a pas encore entériné l’accord entre Ecclestone et Pirelli, souhaite manifestement revoir en profondeur le cahier des charges en retardant cette signature.

Dans ce subtil jeu politique, l’écurie allemande n’a pas intérêt à faire grandir de façon trop évidente l’écart qui existe entre elle et ses opposants dans le but de limiter les contraintes règlementaires qu’on devrait imposer à l’écurie allemande l’an prochain. Car ces nouvelles règles qui ont pour but officiel de rendre rapidement la F1 plus attractive, ont pour objectif officieux de permette à une autre que Mercedes de gagner à partir de 2017. En signifiant que Ferrari (et aussi RedBull d’ailleurs) est dors et déjà très forte, Lauda et consorts montrent aussi que Maranello devra être limitée dans sa probable future domination et que brider la seule Mercedes ne pourra porter ses fruits que si les autres places fortes que seront Ferrari et RedBull trouveront aussi des limites imposées à leur progression. L’objectif étant de permettre à Renault et McLaren Honda de se faire aussi une place au soleil à l’horizon 2018/2020.

D’autres dont je fais partie attendent de voir si ce scénario d’un écart de 0.2 sec. va se réaliser, mais pensent, même si je le souhaite fortement, qu’il est un peu difficile de faire descendre l’écart entre Mercedes et Ferrari sous les 0.5 sec en ce début de saison. Pour toutes les raisons évoquées ci-dessous. Le retour en Europe à Barcelone nous procurera peut-être de bonnes surprises. Le niveau entre les deux pilotes Mercedes pourrait être plus équilibré que l’an dernier par contre.

Voici mes estimations des écarts estimés à partir des tests de Barcelona. On aura probablement des petites évolutions sur la grille de Melbourne:

Mercedes

Ferrari: +0.5 sec.

Williams: +0.8 sec.

Force India: +0.9 sec.

RedBull: +1.0 sec.

STR: +1.1 sec.

Sauber: +1.4 sec.

Renault : +1.5 sec.

McLaren: +1.8 sec.

Haas: +2.0 sec.

Manor : +2.3 sec.

Publicités

9 réflexions sur “Mercedes ou Ferrari ?

  1. joli article bien structuré ..
    j’ai peur par contre que les écarts en fin de grille soient plus importants .. je suis aussi très curieux de voir ce que fera Williams .. surtout au niveau exploitation et longévité des pneumatiques ..

    • Pour les écuries de fin de grille j’espère que les moteurs Mercedes 2016 avec le très prometteur Wherlein pour Manor et le Ferrari 2016 avec Grosjean pour Hass pourront permis de combler une partie du retard originel. Pour McLaren, je suis très inquiet pour le début d’année en terme de performance pure du Honda qui évoluera je pense assez vite vers une meilleure attitude.

  2. Bonjour,
    Bien pour un premier article (que je lis). More to come ?
    Petite accroc tout de même, je vois pas le lien entre les temps du Finlandais et un souhait de lui redonner confiance….. Mais bon après je suis toujours « sensible » lorsque le sujet est abordé.
    Bonne reprise!!
    Que le meilleur gagne et pourquoi pas le Finlandais pour un baroud d’honneur ou simplement une très bonne saison pour qu’il s’ouvre les portes du championnat 2017 et de sa nouvelle réglementation.

    ++

  3. Bon, force est de constater que tu n’étais pas loin (tout comme la SF était censée l’être)… On verra l’écart en course demain, mais je ne me fait pas trop d’illusions tant l’expression de Vettel en disait long.

    • Merci beaucoup Sonic. Le schéma de la course a été … atypique… mais le rythme en medium des Mercedes est révélateur. Un bémol à mon sens, j’ai un doute concernant leur rythme en super softs où Ferrari à validé des acquis. Mais c’est juste un léger doute, qui sera démenti je n’en doute guère.

      Pour les pronos, j’ai hésité à placer Toro Rosso devant RB et FI, à tort. Je suis déçu par Sauber et McLaren a commencé à rattraper un chouia le retard constaté à Barcelone. Renault me semblait mieux que ça, peut-être un rythme à trouver pour l’équipe de piste nouvelle sur beaucoup d’aspects.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s