JEV versus Ricciardo : les chiffres ne sont pas souriants pour l’australien !

Motor Racing - Formula One World Championship - Monaco Grand Prix - Sunday - Monte Carlo, Monaco

Le départ annoncé de JEV à la fin de cette année est une nouvelle, mauvaise forcément, mais assez logique si on considère que 3 ans sont un délai classique chez Toro Rosso et que devant lui c’est bouché, les baquets de RedBull étant occupé par un quadruple champion du monde et par son ancien coéquipier qui est en train de faire du petit bois de ce quadruple CDM. RedBull a eu l’intelligence d’annoncer la nouvelle assez tôt dans l’année pour qu’à la fois le français ait le temps de chercher activement un nouveau baquet pour la saison prochaine et aussi afin d’écourter une lutte en interne face à Kvyat qui ne tournait pas en faveur du jeune et talentueux russe au moment de l’annonce. Quel sera l’état d’esprit du pontoisien qui s’était jeté à corps perdu dans sa tentative de conserver son baquet pour l’an prochain ? Et pour convaincre quelle écurie de F1, sachant que le jeune pilote français n’a pas un sou ni de sponsors pour aller garnir quelques fonds de grilles un peu hasardeux, les baquets des écuries qui paient les salaires de leurs pilotes étant déjà réservés ?  Il est difficile d’anticiper l’état d’esprit de JEV pour les 7 derniers GPs de 2014, même si on l’a senti assez atteint au dernier GP de Belgique d’autant qu’il déclarait cet hiver avoir été déjà très affecté par le fait que Daniel Ricciardo ait été choisit l’été dernier à sa place pour s’asseoir dans le fauteuil encore chaud de Mark Webber. Moi ça m’aurait touché pour le coup, mais ces garçons ne sont pas fait du même bois que nous.

Analyse

Il est donc l’heure de faire le bilan de JEV chez Toro Rosso. On sait déjà que Franz Tost, Helmut Marko et Christian Horner ont qualifié le pontoisien de pilote très rapide. Le directeur de la Scuderia Toro Rosso affirme même que le français est le meilleur parmi tous les pilotes qui ont dû quitté la filière prématurément jusqu’ici. On peut donc établir un classement de ces jeunes pilotes dans l’esprit de RedBull jusque là : 1- Vettel ou Ricciardo, 2- Ricciardo ou Vettel, 3- JEV, 4- Bourdais, Buemi, Klein, Alguersuari etc. Est-ce que ce classement établit par ceux qui connaissent quand même le mieux ce sujet est corroboré par les statistiques à 7 GPs de la fin de l’année ?

On sait que JEV a fait jeu égal avec Ricciarro au nombre de points accumulés en 2 ans de vie sportive commune. 29 points pour le français contre 30 pour l’aussie, malgré une demi-saison de plus en F1 pour l’australien en 2011. Mais pour être honnête il faut pondérer ça par le nombre de GPs que le pilote a pu terminer sans subir une avarie ou un accrochage dans lequel sa responsabilité n’est pas engagée. Et là on obtient ce tableau dans lequel il y a une énorme surprise : JEV y devance largement Ricciardo (et Kvyat) !

JEV_Ricciardo_Kvyat

On voit que JEV a subit énormément d’abandons en 2 ans au contraire de Ricciardo : 10 contre 4 pour l’australien. Si on ne comptabilise que les courses où il a pu terminer, JEV a inscrit en moyenne plus de points que Ricciardo durant ces courses : 1,00 contre 0,86. On peut donc imagnier que si le français avait eu une voiture plus fiable ou une réussite similaire à celle de l’australien il aurait probablement aisément devancé le néo pilote Red Bull au classement sur les 2 saisons. Notons aussi que JEV a dû abandonner à plusieurs reprises alors qu’il était dans les points à ce moment de la course : Singapour (accroché par Schumacher – 7ème), Chine (accroché par Webber – 9ème), Silverstone (Pneu explosé – 8ème) etc.

Conclusion

Aujourd’hui Ricciardo domine outrageusement le quadruple champion du monde Sebastian Vettel et on dit de ce pilote qu’il représente l’avenir de Red Bull. A cet égard que peut-on stipuler de la valeur de JEV sachant que la jurisprudence Ricciardo montre que les faibles résultats de la STR ne permettent pas au grand public d’estimer la valeur réelle d’un pilote ? Le seul élément de comparaison à notre disposition sont les résultats entre ces coéquipiers. Et si on rajoute un peu d’équité dans ces résultats en retirant les courses où les pilotes ont subit des défaillances mécaniques on se rend compte que la F1 s’apprête à se séparer d’un pilote qui bien que plus jeune et moins expérimenté a eu en moyenne de meilleurs résultats que Ricciardo durant leurs 2 ans de compétition commune.

A côté de ces chiffres ajoutons que JEV a aussi glané le meilleur résultat pour une Toro Rosso depuis Sebastian Vettel (6ème au Canada en 2013) et qu’il a également occupé, la meilleure position provisoire en course pour une STR depuis le quadruple, avec sa 2ème position derrière Fernando Alonso en Hongrie il y a quelques semaines et après avoir, excusez du peu, enrhumé Rosberg, preuve de la valeur de notre JEV… A ce titre le français, tout comme le feront encore l’an prochain avec un talent immense, les deux autres français Romain Grosjen et Jules Bianchi, a dignement représenté le sport automobile français ainsi que son histoire depuis 3 ans mais cette affaire JEV démontre une fois de plus que la F1 n’est plus pour des raisons de mauvaise gestion par Bernie le réservoir exclusif des meilleurs pîlotes de la planète …

Publicités

2 réflexions sur “JEV versus Ricciardo : les chiffres ne sont pas souriants pour l’australien !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s